Ouverture d’ULIS et fonctionnement

11 / 09 / 2019 | Laurent Berny

La responsabilité de l’organisation pédagogique de l’ULIS et son corollaire, l’inscription de l’ULIS dans le contexte du collège, incombent au chef d’établissement. Son implication et celle de l’équipe de direction dans la gestion du dispositif ne se résument pas à une participation aux équipes de suivi de la scolarisation (ESS). Cette implication s’articule notamment autour de plusieurs axes.

Les moyens [1], tout d’abord, sont à examiner avec finesse. Ils favorisent à la fois l’intervention des professeurs dans la classe ULIS et la scolarisation individuelle des élèves de l’ULIS en classe d’inclusion. Les heures attribuées permettent l’ajustement des projets pédagogiques, en lien avec les besoins des élèves. Le chef d’établissement aide ainsi à la mise en œuvre du projet de l’ULIS, rédigé par le coordonnateur.

Dans le même esprit, la part élève du budget annuel doit permettre de réunir les conditions nécessaires au fonctionnement optimal de l’ULIS. Rappelons que depuis 2015, cette part élève fait l’objet d’un forfait indépendant des effectifs de l’ULIS. En 2016, le forfait global ULIS est augmenté et passe de 1968€ à 2132€. L’ULIS n’est pas une classe ordinaire. Cette dotation permet au chef d’établissement de veiller à ce que le matériel pédagogique particulier qu’elle requiert soit régulièrement renouvelé.

Les collaborations entre tous les personnels du collège doivent être favorisées par le chef d’établissement. Elles permettent à la fois de développer les apprentissages et d’éclairer les processus de socialisation et d’éducation à la citoyenneté. Elles dépassent largement le seul cadre des ESS. Elles peuvent utilement s’appuyer sur le Conseil pédagogique.

Avant tout, c’est bien la collaboration entre le coordonnateur du dispositif et les professeurs des disciplines, qui permet d’établir l’alternance entre la participation des élèves aux activités des classes et les regroupements au sein de l’ULIS. Cette alternance repose sur des choix éclairés (quelles disciplines choisir, selon quelle durée, suivant quelles modalités d’organisation, etc.). Elle ne saurait être laissée à la seule bonne volonté de quelques professeurs ou à l’improvisation de tous.

Autre collaboration, celle du coordonnateur de l’ULIS et son AESH-co, avec le CPE et au-delà, l’ensemble de la Vie Scolaire, doit être recherchée, favorisée. Autour de problèmes concrets tels que l’accueil ou l’accompagnement, ce sont bien les problématiques de socialisation et de formation à la citoyenneté qui seront interrogées et éclairées.

Ces problématiques, d’autres encore, vont jalonner le chemin de l’ULIS dans votre établissement. Pour vous aider lors de l’installation et dans le fonctionnement, la circonscription vous propose au téléchargement une série de documents d’appui.

ULIS : lire le film annuel de l’ESEN
PDF - 529.2 ko

Le vade-mecum académique

Word - 181.5 ko

L’accompagnement des équipes

Word - 170.5 ko

Les missions du coordonnateur

Word - 169.5 ko

L’équipement du dispositif

Word - 175.5 ko

L’organisation des enseignements

Word - 180 ko

Le tableau de bord du dispositif

Word - 175.5 ko

L’élève d’ULIS et la Vie Scolaire

Word - 252 ko

Le Parcours de Découverte
des Métiers et des Formations

Word - 184 ko

Le Projet Personnel d’Orientation

Word - 56 ko

Les CAP accessibles

Word - 176.1 ko

La convention ULIS/SEGPA

Word - 185.5 ko

L’emploi du temps du coordonnateur


• Pour tout ce qui concerne le Gevasco et ses annexes,
voir les documents de travail des ERSEH
voir aussi le guide d’aide à l’élaboration d’un Gevasco

• L’orientation des élèves, les besoins spécifiques au collège et au lycée
sur le site du Service Académique d’Information et d’Orientation (SAIO)

• Voir aussi :
L’implantation des ULIS du département

[1Les moyens dans la DHG : 21 heures poste pour le coordonnateur et 3 HSA pour rétribuer les professeurs. Les HSA peuvent être ventilées en HSE. Elles servent à rémunérer les professeurs, soit parce qu’ils interviennent directement sur le dispositif, soit parce qu’ils construisent, en collaboration avec l’enseignant coordonnateur, des projets d’inclusion dans leurs classes. Dans ce dernier cas, les HSE rétribuent les temps de réunion et de concertation nécessaires à la construction des projets. Rappelons que le coordonnateur assure 24 heures de présence dans l’établissement. Les trois heures non-rétribuées par les heures-postes lui sont versées directement sur sa fiche de paie sous forme de prime.